L’effet de l’urbanisation sur le phénotype de la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) dans le Nord-Est algérien

Belabed, A.I., Aouissi, H.A., Zediri, H., Djemadi, I., Driss, K., Houhamdi, M., Eraud C. & Bouslama Z. 2013. L’effet de l’urbanisation sur le phénotype de la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) dans le Nord-Est algérien. Bulletin de l’Institut Scientifique, Rabat, Section Sciences de la Vie 35: 155-164.  PDF

Résumé:

De nombreuses espèces d’oiseaux se sont adaptées à l’homme, en particulier, les espèces invasives associées aux villes. Ces adaptations aux environnements urbains sont exprimées par des changements du comportement et de la physiologie, reflétant une évolution ou bien une plasticité phénotypique (Møller 2008). Bien que la Tourterelle turque (Streptopelia decaocto) soit une des espèces de colombidés les plus répandues dans les différents milieux algériens ces dernières années (Merabet et al. 2010, Belabed 2013), les données sur sa biométrie sont quasi inexistantes. Ce travail, mené en 2011, dans la région du Nord-Est Algérien, a pour objectif de produire des informations sur l’effet du degré d’urbanisation sur le phénotype des tourterelles turques adultes dans la wilaya d’Annaba (Extrême Nord-Est algérien), et ceci en s’appuyant sur leur morphométrie. Pour ce faire, la méthode consiste à capturer des individus adultes dans deux sites différents (l’un urbain et l’autre périurbain), et de mesurer les paramètres morphologiques suivants : le poids, la hauteur, la largeur et la longueur du bec, la longueur du culmen, du collier, du tarse, de l’aile pliée et tendue, de  la 5ème rémige, ainsi que l’envergure. Nos résultats montrent qu’il y a des différences significatives entre les individus capturés dans les deux milieux. En effet, le collier, l’aile pliée, l’aile tendue et l’envergure sont plus importants chez les individus du milieu périurbain, alors que les individus urbains montrent une hauteur et une longueur du bec plus importantes. Ceci témoigne de différences adaptatives au vol et à la nourriture, entre les deux sites.

The effect of urbanization on the phenotype of the Collared Dove (Streptopelia decaocto) in northeastern Algeria

Abstract:

Numerous species were adapted to humans, especially invasive species associated to humans in towns and cities. These adaptations to urban environments are expressed by changes in behaviour and physiology, reflecting phenotypic plasticity or evolution (Møller, 2008). Although the Collared Dove (Streptopelia decaocto) is one of the most common Columbidae species in the different Algerians environments during the recent years (Merabet et al. 2010, Belabed 2013), the data on its biometry are almost nonexistent. This work, conducted during 2011, in north-eastern Algeria, aims to produce information on the effect of the degree of urbanization on the phenotype of Collared Doves adult in Annaba (extreme north-eastern Algeria), based on their morphometric data. To do this, our methodology was to capture adult individuals in two different sites: one urban and one suburban, and measure the morphological parameters. The parameters that have been considered are: weight, height, width and length of the beak, length of culmen, collar, tarsus, stretched and bent wing, the fifth remix and finally the wing span. Our results show that there are significant differences between the individuals captured in both environments. Indeed, the collar, the stretched and bent wing and the wing span are more important for individuals in suburban site. Whereas, urban individuals show height and a larger bill length. Showing differences in adaptive flight and food, between the two sites. While urban individuals show a height and length of beak more important. This reflects differences in adaptive flight and food between the two sites.

Tourterelle turque - Collared Dove (Streptopelia decaocto)

Tourterelle turque – Collared Dove (Streptopelia decaocto) (photo: Arnstein Rønning, Wikimedia)

Eco-ethology of the wintering Ferruginous Duck (Aythya nyroca) in Garaet Hadj Tahar, Northeast of Algeria

Merzoug, S. E., Amor Abda, W., Belhamra, M., & Houhamdi, M. (2014). Eco-ethology of the wintering ferruginous duck Aythya nyroca (Anatidae) in Garaet Hadj Tahar (Guerbes-Sanhadja, Northeast of Algeria). Zoology and Ecology 24 (4): 297-304.   doi:10.1080/21658005.2014.953800

Abstract:

The ecology (phenology and diurnal eco-ethology) of the ferruginous duck Aythya nyroca was studied during three seasons of its wintering (2010/2011, 2011/2012, and 2012/2013) in Garaet Hadj Tahar (a Ramsar site since 2001 with an area of 120 ha, complex of Guerbes-Sanhadja, Skikda, Northeast of Algeria). The maximum number of ferruginous ducks recorded there in December 2012 was 605 individuals. This figure includes the total number of these birds in two populations living at the site: the first one is a nesting sedentary population consisting of about 20 pairs, and the second one, more numerous, frequents the center of this wetland only in wintering seasons. The study of the rhythm of diurnal activities showed that sleeping is the dominant activity of ferruginous ducks accounting for 42.5% of their time budget. It is followed by activities of swimming (20.6%), feeding (19.3%), cleaning (9.3%), and finally, flying (7.7%). Parading constitutes a very small proportion of the time-activity budget of ducks and was not observed until the end of the wintering season. Also, the current study has revealed the role of this wetland in diurnal recovery of ferruginous ducks.

Ferruginous Duck (Aythya nyroca)

Ferruginous Duck (Aythya nyroca). (Photo: Alessandro Musicorio, flickr CC-by-sa).

Irreplaceable area extends marine conservation hotspot off Tunisia: insights from GPS-tracking Scopoli’s shearwaters from the largest seabird colony in the Mediterranean

aGrémillet, D., Péron, C., Pons, J.-B., Ouni, R., Authier, M., Thévenet, M. & Fort, J. 2014. Irreplaceable area extends marine conservation hotspot off Tunisia: insights from GPS-tracking Scopoli’s shearwaters from the largest seabird colony in the Mediterranean. Marine Biology 161: 2669-2680.  doi:10.1007/s00227-014-2538-z

Abstract:

Recent meta-analyses identified conservation hotpots at the scale of the Mediterranean, yet those may be crude by lack of detailed information about the spatial ecology of the species involved. Here, we identify an irreplaceable marine area for >95 % of the world population of the Scopoli’s shearwater (Calonectris diomedea), which is endemic to the Mediterranean and breeds on the island of Zembra off Tunis. To this end, we studied the three-dimensional at-sea movements of 50 breeding adults (over a total of 94 foraging trips) in 2012 and 2013, using GPS and temperature–depth recorders. Feathers were also collected on all birds to investigate their trophic status. Despite Zembra being the largest seabird colony in the Mediterranean (141,000 pairs), the per capita home-range of Scopoli’s shearwaters foraging from this colony was not larger than that of birds from much smaller colonies, indicating highly beneficial feeding grounds in the Gulf of Tunis and off Cap Bon. Considering depleted Mediterranean small pelagic fish stocks, supposed to be Scopoli’s shearwater prey base, we therefore speculate that birds may now also largely feed on zooplankton, something which is supported by our stable isotopic analyses. Crucially, shearwater at-sea feeding and resting areas showed very little overlap with a conservation hotspot recently defined on the western side of the Gulf of Tunis using meta-analyses of species distributions relative to anthropogenic threats. We therefore propose a major extension to this conservation hotspot. Our study stresses the importance of detailed biotelemetry studies of marine megafauna movement ecology for refining large-scale conservation schemes such as marine protected area networks.

Ringing and tagging with a GPS mounted on TDR of Scopoli’s Shearwater (Calonectris diomedea), Zembra Archipelago, Tunisia

Ringing and tagging with a GPS mounted on TDR (temperature–depth recorders) of Scopoli’s Shearwater (Calonectris diomedea), Zembra Archipelago, Tunisia (photo: Initiative PIM).

Nos oiseaux victimes du commerce sur internet

Après le problème du commerce des oiseaux sauvages sur l’Internet en Algérie a été soulevée par la page FB “To Save WildLife in Algeria“, c’est au tour de la presse algérienne d’approcher et de dénoncer cette activité illégale par un article publié dans le quotidien El Watan il y’a quelques jours.

After the issue of the trade in wild birds via the Internet in Algeria was raised by the Facebook page “To Save Wildlife in Algeria“, it is the turn of the Algerian press to approach and condemn this illegal activity by a piece published in El Watan newspaper a few days ago.

Des rapaces, comme les aigles, les vautours, les buses, les milans, les faucons ou les passereaux, comme le malheureux chardonneret qui fait les frais de son plumage et de son chant mélodieux, sont maintenant en vente sur des sites internet algériens.

Ce ne sont pas des animaux d’élevage, ils sont capturés dans la nature donc déduits des effectifs qui pourraient encore assurer la reproduction de leurs espèces respectives fortement menacées de disparition. Dans la rubrique «animaux» de ces sites dont la notoriété a largement dépassé nos frontières pour aller conquérir l’Europe et l’Amérique du Nord, on trouve toutes les catégories de ce qui est communément appelé animaux de compagnie ou domestiques jusqu’aux animaux de ferme.

Les oiseaux viennent en tête de ces sites de vente avec les perruches, les canaris et inévitablement le chardonneret et ses dizaines de variétés obtenues par des croisements à ne plus en finir. Mais de plus en plus, il sont rejoints par une autre catégorie de l’avifaune : les rapaces. L’un de ces sites en propose depuis quelques semaines. Des vautours, des aigles, des buses, des milans… et des chouettes. Les rapaces sont particulièrement vulnérables parce qu’ils se reproduisent plus difficilement que les passereaux et qu’ils viennent en fin de la chaîne alimentaire. Ce sont généralement des oiseaux plus gros dont les petits exigent plus de soins et de nourriture.

Dénonciation

Les rapaces qui se fixent sur les parois de pitons rocheux en bordure de grandes plaines se nourrissent de petits mammifères champêtres, des rongeurs spécialement, et cumulent les substances chimiques des épandages que leurs proies ont ingérées avec leur nourriture. Comme pour les humains, les conséquences sont constatées avec des pontes insuffisantes, une nidification inachevée ou des petits avec des malformations qui ne vivent pas. Rares donc sont les rapaces qui vivent et arrivent à maturité. Ils sont de la sorte des rescapés sur lesquels se fondent la survie de l’espèce.

A côté de l’hécatombe du chardonneret, complètement disparu dans son milieu naturel pour devenir un enjeu d’un vaste trafic commercial transfrontalier, notamment avec nos voisins de l’Ouest, il faut aujourd’hui ajouter les rapaces sur la liste des oiseaux d’Algérie menacés par le commerce et dont l’issue est connue. Tous les rapaces d’Algérie sont protégés par la loi, certains ont complètement disparu depuis des décennies,  comme l’ibis chauve qui nichait près du lac de Boughezoul ou l’aigle pomarin qui planait au-dessus des lacs d’El Kala.

Les dérangements et la réduction de l’aire géographique qui doit nécessairement assurer la nourriture à un effectif minimum pour assurer la reproduction ont été à l’origine de ces irremplaçables pertes. On ne doit pas compter sur les pouvoirs publics pour sauver ce qu’il reste avec un dispositif législatif qui ne s’applique -lorsque c’est le cas- qu’aux contrevenants pris en flagrant délit. La dénonciation de ces pratiques commerciales que des groupes ont déjà entrepris de faire via les réseaux sociaux sont une réponse bien adaptée si elle est encouragée par une solidarité plus agissante des internautes.

Slim Sadki / El Watan

Buse féroce du Maghreb (Buteo rufinus cirtensis)

Buse féroce du Maghreb (Buteo rufinus cirtensis – Atlas Long-legged Buzzard

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus - Common Kestrel)

Faucon crécerelle (Falco tinnunculus – Common Kestrel)

Vautour percnoptère (Neophron percnopterus - Egyptian Vulture) : espèce classée comme "en danger d'extinction" (EN) sur la Liste rouge de l'UICN et inscrite à l'Annexe II de la CITES.

Vautour percnoptère (Neophron percnopterus – Egyptian Vulture) : espèce classée comme “en danger d’extinction” (EN) sur la Liste rouge de l’UICN et inscrite à l’Annexe II de la CITES.

Trafic d’oiseaux sur Internet en Algérie et au Maroc

.سؤال لمن يهمهم الأمر: هل يوجد قانون يحمي هذه الطيور في الجزائرفي المغرب)؟ وأكيد في تونس وليبيا أيضاً

Y a t-il une loi qui protège ces oiseaux en Algérie (et au Maroc aussi)? Et sûrement en Tunisie et en Libye aussi (même si nous n’avons rien trouvé sur Internet pour les deux derniers pays)? à bon entendeur !

Des oiseaux en vente sur Internet en Algérie dans le site-web www.ouedkniss.com, dont plusieurs annonces ont été déposées durant ce mois même de septembre. Exemples :

– Milan noir (Milvus migrans), @ Hadjout, Tipaza, date de l’annonce: 08-Sep-2014.

– Milan noir, @ Said Hamdine, Alger, date de l’annonce: 07-Sep-2014.

– Buse féroce (Buteo rufinus cirtensis), @ Tizi Ouzou, Tizi Ouzou, l’annonce déposée le 01-09-2014.

En plus de plusieurs autres annonces déposées durant 2013 et 2014: il suffit de chercher les mots clés suivant pour les trouvées: aigle, fauconvautour, chardonneretصقرنسر

Circaète Jean-le-Blanc (Circaetus gallicus)

Circaète Jean-le-Blanc – Short-toad Snake-Eagle (Circaetus gallicus)

Vautour fauve (Gyps fulvus)

Vautour fauve – Griffon Vulture (Gyps fulvus)

Buse féroce du Maghreb (Buteo rufinus cirtensis)

Buse féroce du Maghreb – Atlas Long-legged Buzzard (Buteo rufinus cirtensis)

Milan noir (Milvus migrans)

Milan noir – Black Kite (Milvus migrans)

2nd symposium on the conservation of coastal and marine bird species: 1st announcement

The main objective of the second Symposium is to review the current knowledge of the 25 bird taxa included in the SPA/BD Protocol and to discuss the most recent results of research and conservation work regarding these species. This symposium is also intended to provide an opportunity for Mediterranean ornithologists to exchange information and experience. Specialists from all over the Mediterranean region are invited to take part in this symposium.

More information at the Regional Activity Centre for Specially Protected Areas (RAC/SPA) website: http://rac-spa.org/birds_symposium

1ère annonce au deuxième symposium sur la conservation des oiseaux côtiers et marins en Méditerranée

 L’objectif principal de ce deuxième Symposium est la revue des connaissances actuelles de 25 taxons d’oiseaux inclus dans le Protocole ASP/DB et la discussion des récents résultats de recherche et de travaux de conservation concernant ces espèces. Le symposium fournit aussi une opportunité pour les ornithologues Méditerranéens pour l’échange d’informations et d’expériences. Les spécialistes de toute la région Méditerranéenne sont invités à prendre part à ce symposium.

Plus d’information dans le site-web du RAC/SPA:
http://rac-spa.org/fr/symposium_oiseaux

 2nd symposium on the conservation of coastal and marine bird species

2nd symposium on the conservation of coastal and marine bird species in the Mediterranean

Liste des 8 espèces de vautours du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie)

Huit espèces de vautours existent ou ont existé dans les trois pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie). Voici la liste complète de ces espèces classée en fonction de leurs positions taxonomiques. Le statut de chaque espèce dans la région est brièvement mentionné.  De ces huit espèces, 3 nichent toujours dans la région (Gypaète barbu, Vautour percnoptère et Vautour fauve), 2 sont des ‘nicheurs disparus’ maintenant éteints de la région (Vautour moine et Vautour oricou), et enfin 3 sont des visiteurs occasionnels (ou accidentels) de l’Afrique subsaharienne (Vautour charognard, Vautour africain et Vautour de Rüppell).

Les vautours qui se reproduisent toujours dans chaque pays sont les suivants: pour l’Algérie (Gypaète barbu, Vautour percnoptère et Vautour fauve), pour le Maroc (Gypaète barbu et Vautour percnoptère) et pour la Tunisie (Vautour percnoptère).

Cet article est est basé sur: A complete list of the vultures of Northwest Africa.

The eight vulture species of Northwest Africa (Maghreb)

Eight vulture species exist or have existed in the three North-west African (Maghreb) countries (Algeria, Morocco and Tunisia). Here is their complete list sorted according to their taxonomic positions. Of these eight species, 3 still breed in the region (Bearded Vulture, Egyptian Vulture and Griffon Vulture), 2 are ‘former breeders’ and now extinct from the region (Cinereous Vulture and Lappet-faced Vulture), and finally 3 are rare accidental visitors from sub-Saharan Africa (Hooded Vulture, White-backed Vulture and Rüppell’s Vulture).

The total number of species in the list of each country: 6 species for Algeria, 8 species for Morocco and 4 species for Tunisia.

The vultures that still breed in each country are as follow: for Algeria (Bearded Vulture, Egyptian Vulture and Griffon Vulture), for Morocco (Bearded Vulture and Egyptian Vulture) and for Tunisia (Egyptian Vulture).

This blog-post is based on: A complete list of the vultures of Northwest Africa.

La liste:

  • Gypaetus barbatus – Gypaète barbu – Bearded Vulture: disparu comme nicheur de la Tunisie, présente encore en Algérie, et il niche toujours au Maroc (mais très rare). Lire:
    – Le Gypaète barbu (Gypaetus barbatus) dans le Parc National de Theniet El Had, Algérie.
    – Status of Bearded Vulture (Gypaetus barbatus) in Morocco.
Bearded Vulture (Gypaetus barbatus) juvenile, Hight Atlas, Morocco

Gypaète barbu – Bearded Vulture (Gypaetus barbatus) juvenile, Hight Atlas, Morocco (photo: Juliette Boyer / Moroccan Birds)

  • Neophron percnopterus – Vautour percnoptère – Egyptian Vulture: il niche encore dans les 3 pays. Mais probablement plus répondu en Algérie que dans les deux autres pays (Maroc et Tunisie). Lire:
    – Le Vautour percnoptère (Neophron percnopterus) est-il en expansion en Algérie?
    – Significant population of Egyptian Vulture (Neophron percnopterus) found in Morocco.
Egyptian Vulture (Neophron percnopterus), Algeria

Vautour percnoptère – Egyptian Vulture (Neophron percnopterus), Merahna, Souk Ahras, Algeria (photo: Salah Telailia / El-Tarf University)

  • Necrosyrtes monachus – Vautour charognard – Hooded Vulture: visiteur accidentel (ou occasionnel) au sud du Maroc dans les années 1960.
Hooded Vulture (Necrosyrtes monachus), Northern Serengeti, Tanzania

Vautour charognard – Hooded Vulture (Necrosyrtes monachus), Serengeti, Tanzania (photo: Vince Smith/Flickr, CC-by-sa)

  • Gyps africanus – Vautour africain – White-backed Vulture: visiteur accidentel au Maroc. Lire:
    – First record of White-backed Vulture for Morocco and North Africa.
White-backed Vulture (Gyps africanus) and Griffon Vulture (Gyps fulvus), Tétouan, Morocco

Vautour africain – White-backed Vulture (Gyps africanus) and Griffon Vulture (Gyps fulvus), Tétouan, Morocco (photo: Rachid El Khamlichi / Moroccan Birds).

  • Gyps rueppellii – Vautour de Rüppell – Rüppell’s Vulture: visiteur accidentel au Maroc depuis la fin des années 1990 (dont plusieurs individus rapportés par Moroccan Birds au nord du Maroc le printemps dernier, par exemple à Jbel Bouhachem et à Tétoaun. Lire:
    – Spectacle: 7 Rüppell’s Vultures in 2 days in northern Morocco.

Il est aussi visiteur accidentel en Algérie (fait inconnu pour de nombreux ornithologues amateurs Algériens). Preuve! Voici un extrait du texte de Chenchouni et al. (2007) : “Les résultats obtenus nous révèlent l’apparition d’une nouvelle espèce à l’échelle nationale dont  l’identification a été faite par Jean-Paul Jacob (Société Aves, Belgique). Il s’agit du Vautour de Rüppell (Gyps rueppellii) capturé par des éléments de la brigade forestière de Chechar, en date du 24 avril 2006 au lieu-dit Siar (commune de Chechar), à environ 60 km au sud de la ville de Khenchela. La présence de telle espèce d’origine du Sahel renvoie la tendance du climat de la région à devenir de plus en plus aride. Cette espèce aurait suivi le même chemin de migration que le Vautour fauve (Gyps fulvus) comme c’est le cas des observations faites au Maroc et en France, pour y demeurer nicheuse car le sujet capturé étant juvénile”.

Rüppell's Vulture (Gyps rueppellii), Jbel Moussa, Morocco

Vautour de Rüppell – Rüppell’s Vulture (Gyps rueppellii), Jbel Moussa, Morocco (photo: Rachid El Khamlichi / Moroccan Birds)

  • Gyps fulvus – Vautour fauve – Griffon Vulture: disparu comme nicher de la Tunisie et probablement aussi du Maroc, il niche encore en Algérie. Lire:
    – Vautours fauves (Gyps fulvus), à Tikjda (Djurdjura), Algérie.
Griffon Vulture (Gyps fulvus), Tikjda, Algeria

Vautour fauve – Griffon Vulture (Gyps fulvus), Tikjda, Algeria (Photo: Mustapha Hamoudi / Blida city).

  • Aegypius monachus – Vautour moine – Cinereous Vulture: disparu comme nicher du Maroc  et de l’Algérie. Il  n’a jamais niché en Tunisie.
Cinereous Vulture (Aegypius monachus)

Vautour moine – Cinereous Vulture (Aegypius monachus), (photo: Carlos Sanchez Along / Arkive.org)

  • Torgos tracheliotos – Vautour oricou – Lappet-faced Vulture: disparu comme nicheur dans les 3 pays depuis plusieurs décennies.
Lappet-faced Vulture (Torgos tracheliotos) hunted in Tunisia

Vautour oricou – Lappet-faced Vulture (Torgos tracheliotos) hunted in Tunisia in 1915 (photo: Abdelkader Jebali / Tunisia Wildlife Conservation Society)

Remerciements:

Merci à tous les photographes pour leurs photos. Nous avons essayé d’inclure le plus grand nombre d’images prises dans la région (6 espèces).

References:

  • Chenchouni, H., Righi , Y. & Si Bachir, A. 2007. Mise à jour et statut écologique de l’avifaune des Aurès. Acte des Journées Internationales sur la Zoologie Agricole et Forestière. Institut National Agronomique, El Harrach, Alger: 08-10 avril 2007.
  • Moroccan Birds. 2014. First record of White-backed Vulture for Morocco and North Africa. May 2014.
  • Isenmann, P., & Moali, A. 2000. Oiseaux d’Algérie / Birds of Algeria. SEOF, Paris.
  • Isenmann, P., Gaultier, T., El Hili, A., Azafzaf, H., Dlensi, H. & Smart, M. 2005. Oiseaux de Tunisie / Birds of Tunisia. SEOF, Paris.
  • Thévenot, M., Vernon, R. & Bergier, P. 2003. The birds of Morocco. BOU Checklist No. 20. BOU, Tring.