Breeding ecology of colonial White Storks (Ciconia ciconia) in northeast Algeria

Bouriach, M., Samraoui, F., Souilah, R., Houma, I., Razkallah, I., Alfarhan, A. H. & Samraoui, B. (2015). Does core-periphery gradient determine breeding performance in a breeding colony of White Storks Ciconia ciconia? Acta Ornithologica 50: 149–156. doi: 10.3161/00016454AO2015.50.2.003
PDF in ResearGate.net

Abstract:

The timing of breeding and nest location in colonial birds may have fitness consequences. In particular, it has been demonstrated that peripheral breeders perform less well than core breeders. To determine whether environmental factors such as date of breeding and nest position influence reproductive success, we studied the breeding ecology of a large colony of White Stork Ciconia ciconia at Dréan, northeast Algeria, during 2011 and 2012. Mean egg-laying dates varied significantly between years and differed between core and peripheral nests with more precocious laying occurring in the center. Egg-laying in larger nests started earlier than in smaller ones in the core area but neither nest size nor nest position along the core-periphery gradient had any influence on studied breeding parameters i.e. clutch size, hatching success and chick productivity. There was no yearly difference in clutch size which averaged 4.7 ± 0.7 eggs (N = 156 clutches). Mean chick productivity was higher in 2012 (2.85 ± 1.21 chicks) than in 2011 (2.29 ± 2.28 chicks) and was marginally associated with egg-laying date. In contrast, nesting success declined with delayed onset of breeding. Results suggest that a low predation rate, abundant resources and a possible trade-off between fitness components may confound adaptive breeding-habitat selection in White Stork.

Young White Storks (Ciconia ciconia) at nest

Young White Storks (Ciconia ciconia) at nest (Frans de Wit, CC-by-nc-nd license)

Découverte d’un nouveau site de nidification du Flamant rose dans l’ouest de l’Algérie

Une nouvelle zone de nidification du Flamant rose a été découverte dans l’ouest de l’Algérie par Ali Mehadji. Le site sera surveillé durant les prochains mois.

Il y a moins d’un an, une grande colonie reproductrice du Flamant rose a été découverte dans le lac Télamine, wilaya d’Oran. Voir : Le lac Télamine, nouveau site de nidification du Flamant rose Phoenicopterus roseus en Algérie (Samraoui et al. 2015).

Discovery of new breeding site of Greater Flamingo in western Algeria.

A new nesting area of Greater Flamingo was discovered in western Algeria by Ali Mehadji. The site will be monitored in the coming months. This new discovery comes less than a year after the discovery of a large breeding colony of Greater Flamingo in Lake Télamine, Oran, western Algeria.

Merci Ali pour cette bonne nouvelle!

Le nouveau site de nidification du Flamant rose (Phoenicopterus roseus), l’ouest de l’Algérie

Le nouveau site de nidification du Flamant rose (Phoenicopterus roseus) découvert dans l’ouest de l’Algérie, 20 février 2016 (Ali Mehadji).

Irreplaceable area extends marine conservation hotspot off Tunisia: insights from GPS-tracking Scopoli’s shearwaters from the largest seabird colony in the Mediterranean

aGrémillet, D., Péron, C., Pons, J.-B., Ouni, R., Authier, M., Thévenet, M. & Fort, J. 2014. Irreplaceable area extends marine conservation hotspot off Tunisia: insights from GPS-tracking Scopoli’s shearwaters from the largest seabird colony in the Mediterranean. Marine Biology 161: 2669-2680.  doi:10.1007/s00227-014-2538-z

Abstract:

Recent meta-analyses identified conservation hotpots at the scale of the Mediterranean, yet those may be crude by lack of detailed information about the spatial ecology of the species involved. Here, we identify an irreplaceable marine area for >95 % of the world population of the Scopoli’s shearwater (Calonectris diomedea), which is endemic to the Mediterranean and breeds on the island of Zembra off Tunis. To this end, we studied the three-dimensional at-sea movements of 50 breeding adults (over a total of 94 foraging trips) in 2012 and 2013, using GPS and temperature–depth recorders. Feathers were also collected on all birds to investigate their trophic status. Despite Zembra being the largest seabird colony in the Mediterranean (141,000 pairs), the per capita home-range of Scopoli’s shearwaters foraging from this colony was not larger than that of birds from much smaller colonies, indicating highly beneficial feeding grounds in the Gulf of Tunis and off Cap Bon. Considering depleted Mediterranean small pelagic fish stocks, supposed to be Scopoli’s shearwater prey base, we therefore speculate that birds may now also largely feed on zooplankton, something which is supported by our stable isotopic analyses. Crucially, shearwater at-sea feeding and resting areas showed very little overlap with a conservation hotspot recently defined on the western side of the Gulf of Tunis using meta-analyses of species distributions relative to anthropogenic threats. We therefore propose a major extension to this conservation hotspot. Our study stresses the importance of detailed biotelemetry studies of marine megafauna movement ecology for refining large-scale conservation schemes such as marine protected area networks.

Ringing and tagging with a GPS mounted on TDR of Scopoli’s Shearwater (Calonectris diomedea), Zembra Archipelago, Tunisia

Ringing and tagging with a GPS mounted on TDR (temperature–depth recorders) of Scopoli’s Shearwater (Calonectris diomedea), Zembra Archipelago, Tunisia (photo: Initiative PIM).

Les colonies de Héron cendré du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie)

There are probably no more than 6 colonies of Grey Heron (Ardea cinerea) in the three Maghreb countries (Algeria, Morocco and Tunisia).

Il y n’a probablement pas plus de 6 colonies de Héron cendré dans les 3 pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie).

Algérie: lac Fetzara & Dakhla (36°50′40″ N, 7°59′12″ E).

Maroc: zone humide de Mohammedia & barrage Al Mansour Ad-Dahbi.

Tunisie: lac Ichkeul & barrage Sidi el Barrak.

Les détails avec références clés:

Algérie:

Nedjah et al. (2014): “Au cours de la période 2002-2012, nous avons évalué l’état de reproduction du Héron cendré Ardea cinerea en Algérie en surveillant toutes les grandes zones humides de la région. Nous avons localisé deux sites de reproduction distincts; l’un d’eux a été découvert pour la première fois (voir  aussi Samraoui & Samraoui (2008) et Samraoui et al. (2011)..

Bien que le nombre de Hérons cendrés hivernants a augmenté dans la région, le nombre de couples reproducteurs n’a pas changé considérablement au cours du siècle passé. Les raisons de la rareté de couples reproducteurs de Héron cendré en Algérie et dans le reste de l’Afrique du Nord sont discutées”.

Maroc:

El Hamoumi & Qninba (2008): “Le 21 avril 2007, une héronnière composée de Hérons garde-bœufs Bubulcus ibis, d’Aigrettes garzettes Egretta garzetta et de Bihoreaux gris Nycticorax nycticorax a été observée dans la zone humide de Mohammedia. Cette nouvelle héronnière était installée sur une trentaine d’arbres au niveau d’un reboisement d’Eucalyptus en bordure du site. Quelques Hérons cendrés et un Blongios nain Ixobrychus minutus (femelle vue en vol) étaient également présents.

Si la nidification du Héron cendré avait lieu les prochaines années dans la zone humide de Mohammedia, celle-ci représenterait alors le deuxième site, après le barrage Al Mansour Ad-Dahbi sur l’oued Draa, où la reproduction de cet ardéidé pourrait être considérée comme plus ou moins régulière ; ailleurs au Maroc le Héron cendré reste un nicheur occasionnel”.

Tunisie:

Ouni et al. (2011): “Les recensements réalisés ont permis de localiser trois héronnières dont une a disparu depuis 1996. La répartition des effectifs nicheurs à l’échelle tunisienne est très restreinte (FI G. 1). Actuellement et depuis la disparition de la colonie du Centre (sebkhat Kalbia), l’espèce n’a niché qu’au Nord du pays

Au cours de ces six dernières années, l’effectif total des couples nicheurs a connu une augmentation progressive allant de 16 couples en 2005 et 2006 jusqu’à 27 couples en  2009″.

Références (PDF):

Grey Heron (Ardea cinerea)

Grey Heron (Ardea cinerea) (Photo: Karsten, license: CC-by-sa, via Wikimedia Commons )

Nidification mixte du Héron garde-bœufs et de l’Aigrette garzette sur l’île de Rachgoun en Algérie

Ghermaoui, M., Hassaine, K. & Moulaï, R. (2013). Première observation d’une nidification mixte du Héron garde-bœufs Bubulcus ibis et de l’Aigrette garzette Egretta garzetta en milieu insulaire sur l’île de Rachgoun en Algérie. Alauda 81 (4): 311-312.  PDF

First observation of a mixed breeding colony of Cattle and Little Egrets at Rachgoun Island, Algeria.

Île Rachgoun, ouest algérien

Île Rachgoun, ouest algérien

Découverte de la plus importante colonie algérienne du Faucon d’Éléonore (Falco eleonorae)

Peyre, O., Benhariga, S., Beddek, M., Mebarki, S. & Allegrini B. 2014. Découverte de la plus importante colonie algérienne du Faucon d’Éléonore Falco eleonorae. Alauda 82 (4): 355-356.
PDF in ResearchGate.net

Une colonie de plus de 70 couples reproducteurs de Faucon d’Éléonore (Falco eleonorae) a été découverte sur la côte d’Oran (Île Ronde, figure 1) par les biologistes algériens et français en octobre 2013. La nouvelle colonie est l’un des sites les plus importants pour l’espèce dans toute la côte méditerranéenne de l’Afrique du Nord-Ouest. Dans leur article publié récemment, Telailia et al. (2013) avaient raison quand ils affirmaient que “la côte algérienne pourrait abriter d’autres grandes colonies qui doivent être découverts, étudiés, et conservés”. Voir ci-dessous le rapport de l’Association Ecologique Marine Barbarous sur le cours des événements qui ont mené à cette importante découverte.

Discovery of the largest colony of Eleonora’s Falcon in 2013 in Algeria:

A colony of more than 70 breeding pairs of Eleonora’s Falcon (Falco eleonorae) was discovered on the Oran coast (Île Ronde) by Algerian and French biologists in October 2013. The new colony in one of the most important site for the species in the whole Mediterranean coast of North-west Africa. In their article published recently, Telailia et al. (2013) were right when they stated that “Algerian coast could support other large colonies that should be discovered, surveyed, and conserved”. See below the report of the Association Ecologique Marine Barbarous about the course of events that led to this important discovery.

Référence:

Telailia, S., Saheb, M., Boutabia, L., Bensouilah, M.-A. & Houhamdi, M. 2013. Breeding biology of Eleonora’s Falcon, Falco eleonorae Gené, 1839 (Accipitriformes Falconidae), in Northeast Algeria at Sérigina Island. Biodiversity Journal 4: 117–124.


Rapport de l’
Association Ecologique Marine Barbarous
 :

Découverte dans l’Oranais:

Des biologistes algériens et français découvrent une colonie de plus de 70 couples de Faucon d’Eléonore sur la côte oranaise.

Une région connue pour la richesse de sa faune et de sa flore. L’oranais est connu depuis très longtemps comme étant un des points chauds de la biodiversité du bassin méditerranéen. Des scientifiques avaient par ailleurs déjà remarqué dès la fin du XIXème siècle l’intérêt singulier de la région et en particulier de la côte pour sa faune et sa flore diversifiées.

La fin de l’été et le début de l’automne est la période que choisissent de nombreux oiseaux pour effectuer une migration leur permettant de rejoindre leurs quartiers d’hivernage, depuis l’Europe vers l’Afrique. Et c’est justement ce moment de l’année qu’a choisi le Faucon d’Eléonore pour nicher en colonie sur les rives de la méditerranée, profitant ainsi d’une manne de petits passereaux migrateurs indispensables au nourrissage des poussins.

Une collaboration franco-algérienne a permis cette découverte notable. Un collectif de biologistes et de passionnés du milieu marin, composé de l’association BARBAROUS basée à Oran et du bureau d’étude français NATURALIA, s’est donné rendez-vous le 19 octobre 2013 afin de rechercher de nouvelles colonies de ce faucon.

C’est ainsi, qu’armée de carnets de notes et d’appareils photographiques, cette formation mixte motivée par la curiosité naturaliste et dévouée à la conservation de nos richesses naturelles a arpenté plusieurs sites a priori favorables à la nidification de ce rapace.

A l’issue de cette journée de prospections, une nouvelle colonie de plus de 70 couples fut découverte. Elle constitue un des sites les plus importants si ce n’est le plus important des côtes maghrébines !

En méditerranée occidentale, cette espèce a ses plus importantes colonies dans les îles Baléares, en Sicile et en Sardaigne. L’espèce est plus localisée sur les rives maghrébines avec une colonie sur l’archipel de la Galite en Tunisie, une colonie sur les îles Fratelli (Bizerte, Tunisie), une colonie aux îles Habibas (Oran) et une autre sur l’île Sérigina (Skikda). Ainsi avec la découverte de cette nouvelle colonie, l’Algérie voit sa responsabilité s’accroître vis-à-vis de la conservation de cette espèce emblématique à une échelle mondiale. Cette découverte met en avant le manque de connaissance de la richesse exceptionnelle du littoral oranais.

La collaboration entre l’association BARBAROUS et les experts de NATURALIA est un exemple concret de science participative. Il est certain que cette démarche citoyenne naissante, apportera une contribution substantielle à la préservation de notre précieux patrimoine naturel.

Sofiane Benhariga
Association Ecologique Marine Barbarous

Eleonora's Falcon (Falco eleonorae)

Faucon d’Éléonore – Eleonora’s Falcon (Falco eleonorae), Oran, western Algeria. (Photo: Sofiane Benhariga / Association Ecologique Marine Barbarous)

Localisation de l’îlot et vue générale du site de la reproduction du Faucon d'Éléonore (Falco eleonorae)

Localisation de l’îlot et vue générale du site de la reproduction du Faucon d’Éléonore (Falco eleonorae). (Peyre et al. 2014).