Environmental factors affecting the foraging behavior of herons in Ichkeul National Park, Tunisia

Nefla, A. & Nouira, S. 2016. Environmental factors affecting the foraging behavior of herons in Ichkeul National Park, Tunisia. Waterbirds 39: 99–103. doi: 10.1675/063.039.0112

Abstract:

This study was carried out at Ichkeul National Park, Tunisia, during 2009 and 2010. The influence of environmental variables on the foraging behavior of three Ardeid species was studied. Grey Herons (Ardea cinerea) were the least active of the three species, having the greatest resting percentages in 2009 (55.0%) and 2010 (64.9%); they primarily used the “standing and wait” hunting behavior (68.5%). Great Egrets (A. alba) (93.6%) and Little Egrets (Egretta garzetta) (86.5%) primarily adopted a “walking slowly” strategy. Little Egrets also frequently used the “walking quickly” behavior, a more active hunting technique. Both Little and Great egrets varied their hunting behaviors according to water depth. In shallows, they used the “walking quickly” behavior, while in deeper waters they used the “standing and wait” behavior (Little Egret: r = -0.26, P < 0.001; Great Egret: r = -0.44, P < 0.01). For Little Egrets only, high temperature (F = 42.77, df = 1, P < 0.001) and high wind velocity (F = 63.81, df = 1, P < 0.001) promoted an active “walking quickly” hunting behavior, while high light intensity frequently promoted the “standing and wait” and “walking slowly” behaviors (F = 5.48, df = 1, P < 0.05).

Grey Heron (Ardea cinerea) foraging, Ain Yagout, north-east Algeria

Grey Heron (Ardea cinerea) foraging, Ain Yagout, north-east Algeria (Raouf Guechi Nature & Wildlife Photography)

 

Les colonies de Héron cendré du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie)

There are probably no more than 6 colonies of Grey Heron (Ardea cinerea) in the three Maghreb countries (Algeria, Morocco and Tunisia).

Il y n’a probablement pas plus de 6 colonies de Héron cendré dans les 3 pays du Maghreb (Algérie, Maroc et Tunisie).

Algérie: lac Fetzara & Dakhla (36°50′40″ N, 7°59′12″ E).

Maroc: zone humide de Mohammedia & barrage Al Mansour Ad-Dahbi.

Tunisie: lac Ichkeul & barrage Sidi el Barrak.

Les détails avec références clés:

Algérie:

Nedjah et al. (2014): “Au cours de la période 2002-2012, nous avons évalué l’état de reproduction du Héron cendré Ardea cinerea en Algérie en surveillant toutes les grandes zones humides de la région. Nous avons localisé deux sites de reproduction distincts; l’un d’eux a été découvert pour la première fois (voir  aussi Samraoui & Samraoui (2008) et Samraoui et al. (2011)..

Bien que le nombre de Hérons cendrés hivernants a augmenté dans la région, le nombre de couples reproducteurs n’a pas changé considérablement au cours du siècle passé. Les raisons de la rareté de couples reproducteurs de Héron cendré en Algérie et dans le reste de l’Afrique du Nord sont discutées”.

Maroc:

El Hamoumi & Qninba (2008): “Le 21 avril 2007, une héronnière composée de Hérons garde-bœufs Bubulcus ibis, d’Aigrettes garzettes Egretta garzetta et de Bihoreaux gris Nycticorax nycticorax a été observée dans la zone humide de Mohammedia. Cette nouvelle héronnière était installée sur une trentaine d’arbres au niveau d’un reboisement d’Eucalyptus en bordure du site. Quelques Hérons cendrés et un Blongios nain Ixobrychus minutus (femelle vue en vol) étaient également présents.

Si la nidification du Héron cendré avait lieu les prochaines années dans la zone humide de Mohammedia, celle-ci représenterait alors le deuxième site, après le barrage Al Mansour Ad-Dahbi sur l’oued Draa, où la reproduction de cet ardéidé pourrait être considérée comme plus ou moins régulière ; ailleurs au Maroc le Héron cendré reste un nicheur occasionnel”.

Tunisie:

Ouni et al. (2011): “Les recensements réalisés ont permis de localiser trois héronnières dont une a disparu depuis 1996. La répartition des effectifs nicheurs à l’échelle tunisienne est très restreinte (FI G. 1). Actuellement et depuis la disparition de la colonie du Centre (sebkhat Kalbia), l’espèce n’a niché qu’au Nord du pays

Au cours de ces six dernières années, l’effectif total des couples nicheurs a connu une augmentation progressive allant de 16 couples en 2005 et 2006 jusqu’à 27 couples en  2009″.

Références (PDF):

Grey Heron (Ardea cinerea)

Grey Heron (Ardea cinerea) (Photo: Karsten, license: CC-by-sa, via Wikimedia Commons )